Site non officiel de Mouleydier sur Dordogne  en Périgord  Pourpre  

Histoire

Les événements importants de Mouleydier

Le 21 juin 1944

 

Attaqué par la 11ème Panzer de la Wehrmacht, Mouleydier est pillé puis incendié. 
Lors de cet épisode, dix-neuf maquisards meurent dans les combats ou sont fusillés après avoir été blessés ou faits prisonniers, 
trois civils sont tués dont un enfant de dix ans par un éclat d'obus.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 21 juin 1944 côté Saint Germain et Mons vu par un adolescent,
René Tilhet, qui avait consigné les événements de cette journée sur
un cahier d'écolier . Le hasard a voulu qu'Albert Gilmet fasse sortir 
de l'oubli ces précieux feuillets en les diffusant sur le forum 
consacré à la deuxième guerre mondiale HISTOMAG 39-45

 

 

 

 

 

 

 

Il s'agit de celui d'André Martigne domicilié à cette époque à Saint Cybard qui avait consigné ces événements sur des feuillets manuscrits retrouvés de nombreuse années plus tard par l'un des ses fils Jean, puis confiés à Sylvie Aubriot pour les saisir
( Sylvie Aubriot est la fille de  Pierre Martigne Maire de Mouleydier jusqu'en 1965 
et autre fils d'André Martigne )

Création gratuite et facile

Créer un site Internet gratuitement

Les personnages illustres de Mouleydier  ( liste non exhaustive )

 

  Albert CLAVEILLE  

     "Un grand commis de l'Etat"

 

 

 

 

 

 

 

   Docteur Edmond DAUDE LAGRAVE

     "Une vie au service de ses concitoyens"

 

 

 

 

 

 

 

 

    Germaine de la Valette 

     "Une infirmière volontaire dans la Grande Guerre"

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lieutenant-colonel Jacques BOUILLOT


    "Une vie hors du commun"

Les enfants de Mouleydier dans la tourmente

Vendredi 9 octobre 2015 dans la salle de la Gravière la Municipalité de Mouleydier et l'Association "Les Pesqueyroux" invitaient la population à l'inauguration de l'exposition . Une centaine de personnes assistait à cet événement dont la Député Brigitte ALLAIN et son suppléant Christophe CATHUS, les Conseillers Départementaux Cécile LABARTHE et Frédéric DELMARES mais aussi les Maires des communes voisines.

L'exposition réunissait de nombreux témoignages 
de la première guerre mondiale :

  • éléments d’uniformes
  • armement et munitions
  • objets fabriqués par les "poilus"
  • documents ayant appartenu à des "poilus"

 Une partie de ces pièces était prêtée par des habitants de Mouleydier mais la plupart était issue d'une collection privée dont le propriétaire très informé sur le quotidien des tranchées n'hésitait pas à partager ses connaissances avec le public.

Quelques panneaux présentaient :

  • un bref historique du conflit 
  • diverses plaques commémoratives de la commune
  • des cartes et entêtes de l'époque

D'autres étaient consacrés à d'anciens combattants décédés pendant le conflit ou ayant survécu pour lesquels on possédait des documents.

Une mention particulière pour une femme, Germaine de La 
Valette-Monbrun qui s'était portée volontaire pour servir. 

 

 Au cours de cette exposition était présenté le livre de Maryvonne BOURNAZEL : Les enfants de Mouleydier dans la tourmente 14-18 
publié par les "Pesqueyroux" ( association de recherche historique ).
Cet ouvrage est le fruit d'un important travail de recherche de plus de deux ans dans les archives locales, départementales et nationales. 

Remise de la médaille de Verdun à la famille de Joseph LAVAL

 Lundi 8 août 2016

 A  eu lieu à la Mairie de Mouleydier la remise de la médaille "On ne passe pas"

  et du diplôme du livre d'or de la ville de Verdun à Madame Sylvie Georgens

 arrière-petite fille du Capitaine Joseph LAVAL mort à Verdun le 03 août 1916.

Voila une cérémonie émouvante à plus d'un titre :

  • d'abord lors de la lecture par les deux jeunes filles de Madame Georgens de l'historique de la famille Laval, de ses liens avec Mouleydier et du parcours du Capitaine Joseph LAVAL
  • puis lorsque Madame Georgens nous a appris au cours d'un bref message de remerciement qu'elle habitait Cologne ( RFA ) mariée à un allemand

Avec cette famille, nous avions devant nous un bel exemple de la réconciliation franco-allemande.

Quelques photos de la cérémonie

Le Périgord, l'autre terre bretonne

Si l'évacuation des alsaciens vers la Dordogne en 1939 est relativement bien connue des périgourdins, l'arrivée de 2000 familles bretonnes dans les années 1920 reste méconnue alors que le nombre important de patronymes à consonance bretonne aurait dû nous intriguer.

0

Pourquoi cette migration de plus de 15 000 personnes :
0

  • En Bretagne la situation des petits paysans était difficile, les familles avaient beaucoup d'enfants, les terres disponibles pour les jeunes qui voulaient s'installer étaient rares et donc chères.
    A l'inverse, en Dordogne les terres étaient nombreuses et bien moins chères qu'en Bretagne mais c'était les bras pour les cultiver qui manquaient . Le choix par les familles du fils unique pour éviter le morcellement des terres entre héritiers mais aussi la première guerre mondiale qui avait fauché une génération de jeunes hommes avait laissé de nombreuses terres inexploitées.
  • Par ailleurs, cette migration était accompagnée par l'église car de nombreux prêtres avaient suivi ces populations.
    L'église pouvait ainsi "rechristianiser" des territoires où les radicaux socialistes et les protestants étaient nombreux...

  0

Sylvain Le Bail est l'auteur de "Cœurs de Breizh" qui raconte cette migration vécue par ses grands-parents.

0
Ci-dessous, un lien de "Tébéo ( TV Bretagne Ouest ) et du quotidien "Le Télégramme de Brest"  qui permet de visionner un  entretien avec Sylvain Le Bail ( il faut accepter 30 sec de pub avant le départ de la vidéo )

   

http://dai.ly/x56lsxg